En arrivant dans le centre ville, c’est d’abord l’architecture qui nous a marqué. Les longues et larges avenues sont bordées de bâtiments aux façades austères mais imposantes. Nous avons l’impression d’avoir remonté le temps. Une grande partie des rames de métro datent des années 60. Les magasins arborent des devantures peintes fadement, et les panneaux de signalisations semblent dépassés. Ambiance ex URSS. Cependant en cette période de fêtes, les nombreuses décorations de Noel égayent les rues.

IMG-20131230-00331

Aperçu de la ville en cette période de Noel
Aperçu de la ville en cette période de Noel

Ensuite, nous sommes impressionnées par les mauvais goûts vestimentaires et capillaires des autrichiens. Nous nous baladons dans la ville et à chaque pas: une surprise visuelle. Ici et là, des pantalons bouffants et mal taillés, des manteaux et chapeaux improbables parés de fourrures diverses : nous ne pouvons retenir quelques sourires. Nous détonnons dans cet univers froid, nous passons , ni plus ni moins, pour des PUTAINS DE BG. (BG signifie beau gosse. Si ça te parait évident calme toi, on a un public large !)

Après une matinée à la recherche d’un lieu où dormir et poser nos affaires, nous finissons par trouver un petit hôtel. Nous en profitons pour nous reposer quelques heures. Affamés nous nous offrons le « luxe » d’un Burger King.

Le lendemain soir, nous faisons le tour du triangle des bermudes, nom que l’on donne au quartier festif de la ville; bientôt nous entrons dans un bar à la devanture sympathique. Installés à une table, whisky en main, nous nous sentons observés. Autour, des hommes à l’allure efféminés ont leur regard braqué sur nous.. l’air gourmand. Mauvaise pioche !

Nous nous dirigeons vers le Kaktus Bar que nous avions repéré un peu plus tôt. Nous y ferons la connaissance de deux autrichiennes, Fabienne et Jacqueline (des noms en vogue chez les Autrichiens !). Elles habitent plus à l’ouest et découvrent Vienne comme nous. Nous passons la soirée avec elles et leur donnons rendez vous dans ce même bar pour le nouvel an.

Le jour du réveillon, après avoir déposé nos affaires dans une consigne et passé la journée à observer des chinois dans le hall de la gare, nous sommes fins prêts a passer une soirée mémorable.. Nous allons donc au Kaktus bar où nous nous avons rendez vous avec Fabie et Jackie. La première heure nous parait très longue, elles ne sont pas là et nous sentons la quenelle se profiler. Il est temps de placer notre petit mouvement du bassin pour l’éviter : Nous allons aborder Stefanie, Rebecca et Alexandra, trois suisses qui nous dévisagent depuis un moment. Nous les délivrons par la même occasions du fardeau de trois autrichiens qui tentent furtivement des approches depuis une bonne demi heure. Malgré leur combo de cadeaux ( champagne, shooters et petites attentions) elles n’aurons d’yeux que pour nous.

« diese franzosen..aaargh! » commentera l’un deux sur la page facebook du bar

A la mine déconfite des autrichiens, nous faisons également connaissance avec eux. Mais ils finiront par s’eclipser sans prévenir, pas très sport.

Photo souvenir à minuit avec les trois suisses et nos amis autrichiens !
Photo prise à minuit avec les suisses, et surtout nos trois amis viennois qui nous lancent sur cette photo des regards assassins !

Nous tissons des liens par le biais de notre pancarte, les gens la signent, dessinent dessus, s’interessent à notre projet. Parmis eux, des turcs, des allemands, des autrichiens ou encore des italiens.

La pancarte recustomizée !
La pancarte recustomizée !

La pancarte tourne dans le bar à tel point que nous la perdons parfois, bientot elle parvient aux mains d’un bodybuilder et de sa camarade aux bras surdéveloppés. Il se déchaine sur les canapés, esquissant quelques pas de danses pataudement, et tentant vainement d’écrire quelque chose sur notre pancarte (A l’heure actuelle nous sommes encore en cours de dechiffrage… Selon les derniers résultats, il s’avererait qu’il ne sache pas écrire.)

Mr Muscle usant de son charme légendaire pour attirer Stefanie !
Mr Muscle usant de son charme légendaire pour attirer Stefanie !

Puis c’est un grand dégringandé qui signe, une sorte de Jesus des temps modernes à qui nous tentons d’arranger un coup, et, malgré des echecs cuisants et répétés, poursuis sa seduction. En pure perte.

Sur les coups de 6h du matin, nous retournons a la gare, et en fin de journée, partons direction Nantes !

Ils ne savaient pas que c’etait impossible alors ils l’ont fait Marc Twain

Notre pancarte couverte de dédicaces en tout genre !
Notre pancarte couverte de dédicaces en tout genre !
Publicités